BLADEM

forum du collectif algerien BLADEM
 
AccueilPortailCalendrierGalerieFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Qui est-ce?

Aller en bas 
AuteurMessage
AHK
MODO
avatar

Masculin Nombre de messages : 145
Age : 31
Localisation : la terre
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Qui est-ce?   Ven 27 Avr - 0:47

Je lance ce topic pour vous faire connaitre des personnages illustres ou légendaires dont vous avez sans doute entendu parler.
Ainsi vous ferez la connaissance d'Ulysse, de Poubelle, de Boycott, et de tant d'autres, dont vous ne vous doutez pas!

_________________
"Vivre tous, simplement, pour que tous puissent, simplement vivre ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AHK
MODO
avatar

Masculin Nombre de messages : 145
Age : 31
Localisation : la terre
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Ven 27 Avr - 1:13

Espéranto
Lejzer Ludwik Zamenhof dit Doktoro Espéranto
Medecin polonais
Né en Pologne en 1859, mort à varsovie en 1917
A inventé l'espéranto, langue internationale


En 1887 Zamenhof fit savoir qu'il avait inventé une nouvelle langue. Le medecin souhaitait la voir adoptée par tous et enseingnée ds les écoles du monde entiers, au même titre que la langue nationale. Il pensait bien que des guerres pouvaient être évitées si tous les hommes parlaient la même langue et pouvaient ainsi se comprendre. Aujourd'hui, 100 000 espérantistes lisent, écoutent et chantent en espéranto. Mais la langue artificielle du "Doktoro Espéranto" n'a pas encore emporté les faveurs des grands États du monde.

_________________
"Vivre tous, simplement, pour que tous puissent, simplement vivre ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
AHK
MODO
avatar

Masculin Nombre de messages : 145
Age : 31
Localisation : la terre
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Ven 27 Avr - 2:53

Nostradamus
Michel de Nostre-Dame, ou Nostradamus. 1503-1566
Astrologue français.
Ses propheties intriguent tjs les esprits crédules.

Médecin, Nostradamus fit preuve d'un grand courage en soignant des pestiférés au cours d'une grave épidémie. Cependant, il ne doit pas sa notoriété à son dévouement mais à ses prédictions qu'il rédigea en quatrains et réunit sous le titre de "Centuries astrologiques", publiées en 1555. Nostradamus aurait prévu l'avenir jusqu'au-delà de notre 21ème siècle. Astucieusement, il libella ses prophéties en un langage sibyllin fort difficile à le comprendre, de telle sorte que chacun interprétant à sa manière les quatrains de l'astrologue, personne n'est d'accord sur leur signification et leur valeur exactes!

_________________
"Vivre tous, simplement, pour que tous puissent, simplement vivre ".
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aminovsky
Emir
Emir
avatar

Masculin Nombre de messages : 224
Age : 30
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Ven 27 Avr - 3:00

Laplace

Pierre-Simon Laplace, né le 23 mars 1749 à Beaumont-en-Auge (Calvados), mort le 5 mars 1827 à Paris, était un mathématicien, astronome et physicien français particulièrement célèbre par son ouvrage en cinq volumes Mécanique Céleste.


Après avoir terminé ses études à l'université de Caen où il eut comme professeur Christophe Gadbled, il rencontra d'Alembert, reconnu à l'époque pour ses études d'astronomie physique (mouvement et tables de la lune ; précession des équinoxes ; travaux sur la cause des marées, la dynamique etc.) et de mathématiques (développement du calcul intégral et différentiel ; dérivées partielles...) ainsi que pour sa participation avec Diderot à la mise en œuvre de l'encyclopédie. D'Alembert reconnut très rapidement le talent de Laplace, l'encourageant dans ses recherches. Ce dernier fut d'ailleurs nommé professeur de mathématiques à l'École militaire - poste peu exigeant qui lui laissait le temps de développer ses propres études.
Laplace fut l'un des premiers savants à s'intéresser de très près à la question de la stabilité à long terme du système solaire. La complexité des interactions gravitationnelles entre le Soleil et les planètes connues à l'époque ne semblaient pas admettre une solution analytique simple. Newton avait d'ailleurs déjà pressenti ce problème après avoir remarqué certaines irrégularités dans le mouvement de certaines planètes. Cependant, ce dernier en déduisit qu'une intervention divine était nécessaire de manière à éviter la dislocation du système solaire.
Laplace a également développé la théorie des probabilités dans Essai philosophique sur les probabilités (1814 : ses premiers travaux sur les probabilités ont commencé entre 1771 et 1774, notamment la redécouverte après Bayes des probabilités inverses, dites Loi de Bayes-Laplace, ancêtre des statistiques inférentielles.). Il fut le premier à publier la valeur de l'intégrale de Gauss. Il étudia la transformée de Laplace bien que Heaviside développa ce procédé de manière complète. Il adhéra à la théorie de Lavoisier avec qui il détermina les températures spécifiques de plusieurs substances à l'aide d'un calorimètre de sa propre facture. Pensionnaire de la classe de mécanique de l'Académie des sciences en 1785, il rétablit sa position après la conversion de cette institution en « Institut des Sciences et des Arts » (1795) en devenant membre résidant de la première classe (mathématique). Il sera président de l'Institut des sciences en 1812.
Il devient en 1821 le premier président de la société de géographie lors de sa fondation.
Laplace est aussi connu pour sa conception d'un démon (ou démon de Laplace) capable de connaître, à un instant donné, tous les paramètres de toutes les particules de l'univers. Dans cette perspective, l'auteur adopte une position déterministe, soit une position philosophique et scientifique capable d'inférer de ce qui est, ce qui sera. Ce concept de démon sera notamment remis en cause par le principe d'incertitude d'Heisenberg.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
khayyam
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 339
Age : 32
Localisation : Alger 16
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Sam 28 Avr - 3:46

Frantz Fanon


Frantz Fanon est un psychiatre et écrivain martiniquais né le 20 juillet 1925 à Fort-de-France en Martinique, et mort d'une leucémie le 6 décembre 1961 à Washington DC aux États-Unis d'Amérique.
Il laisse derrière lui son épouse (Marie-Josèphe Dublé dit Josie ,
décédée en juillet 1990 et inhumée au cimetière d'El Kettar au coeur
d'Alger) avec ses deux enfants (Olivier, né 1955) et Mireille (veuve de
Bernard Mendès-France).

En 1953, Il a travailler comme médecin-chef d'une division de l'hôpital psychiatrique de Blida-Joinville(Algerie) ,Dès le début de la guerre de libération algerienne, il s'engage auprès de la résistance algérienne, il sera notament redacteur du journal "el moudjahed" a Tunis,

Fanon est le maître à penser pour de nombreux intellectuels du Tiers-Monde. Son livre le plus connu est Les Damnés de la terre,
qu'il conçut comme un manifeste pour la lutte anticoloniale et
l'émancipation du tiers monde. Cet ouvrage, a inspiré les mouvements de libération
en Afrique ou encore le Black Panther Party aux États-Unis.

plus d'info ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bladam.canalblog.com
aminovsky
Emir
Emir
avatar

Masculin Nombre de messages : 224
Age : 30
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Sam 28 Avr - 19:22

Augustin-Louis Cauchy (21 août 1789 [Paris] - 23 mai 1857 [Sceaux])
Augustin-Louis Cauchy est le mathématicien français le plus prolifique (avec presque 800 articles publiés). Ses idées politiques et religieuses ont pourtant à plusieurs reprises contrarié sa carrière. Il est né le 21 août 1789, au lendemain des événements de juillet. Son père, premier commis du lieutenant de police de Paris, voyait sa vie menacée par la colère du peuple. Il s'était, pour quelques temps, réfugié avec sa famille à Arcueil. Dès le plus jeune âge, il prend en main l'éducation de son fils, et Augustin est admis à l'Ecole Polytechnique. Celle-ci a à peine 10 ans d'âge, mais déjà les savants les plus prestigieux y enseignent.
A la sortie de l'école, Cauchy est admis dans le corps le plus prestigieux (celui des Ponts et Chaussées), et en 1810, nommé aspirant ingénieur, il participe à la construction du port de Cherbourg. C'est à Cherbourg que Cauchy commence ses recherches mathématiques sur les polyèdres, et ses premiers résultats sont prometteurs. Mais, fatigué par le cumul de la charge d'ingénieur et des longues veillées de recherche, Cauchy connait un état dépressif qui s'éternise et le pousse à retourner vivre chez ses parents.
A Paris, il cherche une situation en adéquation avec sa volonté de faire de la recherche mathématique pure. Malgré l'appui de son père, il se voit devancé par d'autres pour plusieurs postes, avant d'être élu, en 1814, à la société philomathique, antichambre de l'Académie (alors nommé Institut). A la chute de l'empire, Cauchy, royaliste et dévôt, voit de nombreux protecteurs accéder au pouvoir. Leur influence permet sa nomination comme professeur d'analyse à l'Ecole Polytechnique en 1815. Entre-temps, il vient d'achever un brillant mémoire où il démontre un célèbre théorème de Fermat sur les nombres polygonaux. Ceci fera beaucoup pour sa notoriété, et en 1816, il accède à L'Académie des Sciences, en remplacement de Carnot et Monge touchés par l'épuration.
Il est alors temps pour Cauchy de se marier, et sous l'influence de son père (?), il épouse Aloïse de Bure, née d'une famille de célèbres libraires parisiens. Ils auront deux filles.
Le cours d'analyse que Cauchy professe à l'Ecole Polytechnique est décrié tant par ses élèves que par ses collègues des autres matières. Pourtant c'est ce cours, publié en 1821 et 1823, qui devait devenir la référence de l'analyse au XIXès. en mettant en avant la rigueur, et plus seulement l'intuition. C'est la première fois que de vraies définitions de limites, de continuité, de convergence de suites, de séries, sont énoncées. Cette rigueur reste toutefois encore relative, puisque que Cauchy "prouve" que la limite d'une série de fonctions continues est continue, ce qui est faux. Il est vrai que Cauchy ne dispose pas encore d'une définition claire et précise des nombres réels.
C'est l'époque aussi où Cauchy réalise des travaux profonds sur les fonctions d'une variable complexe (établissant par exemple la formule des résidus), ainsi que des avancées dans la théorie des groupes finis. Cauchy ne fut jamais le chef d'une école de mathématiciens, et il se comporta parfois maladroitement avec de jeunes chercheurs comme Abel ou Galois, dont il sous-estime, ou même perd, des mémoires de première importance. Ses relations avec ses collègues ne sont en général pas très faciles. On lui a beaucoup reproché les conditions de son accession à l'Académie, et sa bigoterie intransigeante ne permet pas toujours un contact aisé.
En 1830 éclate la révolution de Juillet, qui va brutalement changer le cours de sa vie. En effet, Cauchy, antilibéral très marqué, s'exile en Suisse, et Italie, en laissant femme et enfants à Paris. Parallèlement, son activité mathématique décroit. Il enseigne à Turin, avant de devenir le précepteur de l'héritier au trone, le petit fils de Charles X, en exil à Pragues! En 1834, sa famille peut enfin le rejoindre.
En 1838, il retourne en France sous les injonctions de sa mère mourante. Il lui faut retrouver une situation, et il est élu au Bureau des longitudes. Elu, mais pas nommé, car il refuse de prêter serment d'allégeance au roi des français (Louis-Philippe), et ne perçoit donc pas son salaire. Son soutien aux Jésuites lui barre également la route du Collège de France.
En 1848 a lieu une nouvelle révolution, et le problème du serment n'est plus un obstacle pour Cauchy qui peut reprendre ses cours à la Sorbonne. Cauchy décède dans la nuit du 22 au 23 mai 1857, des suites d'un état de fatigue généralisé. Son nom a été donné à un cratère de la lune.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aminovsky
Emir
Emir
avatar

Masculin Nombre de messages : 224
Age : 30
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Sam 28 Avr - 19:23

Siméon Denis Poisson (21 juin 1781 [Pithiviers] - 25 avril 1840 [Sceaux])
Siméon Denis Poisson est né le 27 juin 1781 à Pithiviers. Son père y a été envoyé occuper un poste administratif peu important après sa carrière de soldat, ce qu'il a ressenti comme une grande frustration. Après la Révolution, il est nommé à la tête du gouvernement local, et souhaite alors aider son fils, qui est pétri de talents, à trouver une bonne situation. Ainsi, Siméon Denis est d'abord envoyé chez son oncle, chirurgien à Fontainebleau. Très vite, il apparait cependant qu'il n'est pas fait pour la médecine. D'abord, ceci ne l'attire guère. Ensuite, il est très peu doué de ses mains, et les premiers patients qu'il opère décèdent quelques heures après l'intervention.
Après avoir renoncé à une carrière médicale, Poisson étudie à l'Ecole Centrale de Fontainebleau, puis il réussit (en première position!) le concours d'entrée à l'Ecole Polytechnique en 1798. Il y est un étudiant brillant, hormi en géométrie descriptive où son manque d'habileté manuelle l'empêche de réaliser des figures correctes. Dès 1800, il écrit deux mémoires importants, l'un sur la méthode d'élimination de Bézout, l'autre sur les équations aux différences finies. Ils sont si bons que le second est publié dans le Recueil des savants étrangers, ce qui constitue un honneur exceptionnel pour un homme aussi jeune, et qu'il devient dès son diplome obtenu répétiteur à l'Ecole Polytechnique, sous la recommandation de Laplace. Il accèdera rapidement au statut de professeur suppléant en 1802, puis complet en 1806, en remplacement de Fourier que Napoléon a nommé Préfet à Grenoble.
Les travaux de Poisson sont nombreux (près de 400 publiés) et touchent surtout aux mathématiques appliquées. Il étudie le mouvement du pendule, les petites perturbations des mouvements planétaires. Pour les aspects plus orientés vers la physique, on lui doit les lois de l'électrostatique, et une définition de l'électricité comme un fluide où les éléments semblables se repoussent et les éléments contraires s'attirent (en 1812). Pour les aspects plus orientés vers les mathématiques, il est à l'origine de travaux sur les séries de Fourier qui préfigurent ceux de Dirichlet; il écrivit aussi en 1837 un important mémoire sur les probabilités, Recherches sur la probabilité des jugements en matières criminelles et matière civile, dans lequel apparait la distribution qui porte désormais son nom (la distribution de Poisson décrit la probabilité qu'un événement ait lieu durant un intervalle de temps donné, pourvu que la probabilité de réalisation d'un événement est très faible, mais que le nombre d'essais est très grand). Ce traité ne fut pas tellement remarqué par les contemporains de Poisson, mais eut une grande influence par la suite.
Peu attiré par la politique, Siméon Denis Poisson eut en revanche une frénésie d'occupations : astronome au bureau des longitudes, membre de l'Académie des Sciences (à partir de 1812), examinateur pour l'obtention du diplome de l'Ecole Polytechnique, professeur de mécanique à la Faculté des Sciences,etc... Sa devise expliquait une telle force pour le travail : La vie n'est bonne quà deux choses : découvrir les mathématiques et enseigner les mathématiques. Signalons qu'il trouva (tout de même!) le temps d'épouser Nancy de Bardi en 1817.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aminovsky
Emir
Emir
avatar

Masculin Nombre de messages : 224
Age : 30
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Sam 28 Avr - 19:24

Niels Abel (5 août 1802 - 5 avril 1829)

La vie de Niels Abel, mathématicien norvégien né le 5 août 1802, est marquée par la pauvreté. Son père était pourtant un éminent homme politique norvégien, mais à la fin de sa vie il est tombé en disgrâce, et quand il meurt en 1820, c'est Abel qui doit supporter la charge de la famille. Grâce à l'aide financière de ses professeurs, il parvient cependant à poursuivre ses études et à faire ses premières découvertes. Mais ses mémoires sont perdus par Cauchy, mésestimés par Gauss. Après son doctorat, Abel ne parvient pas à trouver un poste, ses conditions de vie sont de plus en plus précaires et sa santé se fait fragile : il est atteint de la tuberculose. Malgré des déplacements à Paris et à Berlin, ses travaux ne sont toujours pas perçus à leur juste valeur. Dans ses dernières semaines, il n'a plus assez de force pour quitter son lit. Il décède le 5 avril 1829, à même pas 27 ans, alors qu'un ami venait juste de lui trouver un poste à Berlin.
C'est Jacobi qui comprendra tout le génie de ce jeune mathématicien. Abel avait notamment démontré, à l'âge de 19 ans, l'impossibilité de résoudre par radicaux les équation algébriques de degré 5, ce que son contemporain Galois généralisera à tout n>4. A titre posthume, Abel recevra en 1830 le grand prix de Mathématiques de l'Institut de France
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
aminovsky
Emir
Emir
avatar

Masculin Nombre de messages : 224
Age : 30
Date d'inscription : 18/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Sam 28 Avr - 19:24

Joseph Bertrand (11 mars 1822 (Paris) - 5 avril 1900 (Paris) )
Joseph Louis François Bertrand est un mathématicien français du XIXè s. Reçu premier à l'Ecole Polytechnique, il délaissera son poste d'ingénieur des Mines pour la recherche et l'enseignement en Mathématiques. Notamment professeur au collège de France, on lui doit de nombreux travaux :

  • en théorie des nombres : il conjecture en 1845 qu'il existe au moins un nombre premier entre n et 2n, pour tout entier naturel n. Ce postulat est prouvé par Tchebychev en 1854.
  • en géométrie différentielle et en calcul des probabilités : on lui doit notamment la traduction française du travail de Gauss sur la méthode des moindres carrés.
  • en physique, et notamment en Astronomie et thermodynamique.
Bertrand sera reçu en 1856 à l'Académie des Sciences, dont il deviendra le secrétaire perpétuel à compter de 1874, et aussi à l'Académie Française, ce qui est un privilège rare pour un scientifique.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
khayyam
Admin
avatar

Masculin Nombre de messages : 339
Age : 32
Localisation : Alger 16
Date d'inscription : 17/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Lun 30 Avr - 23:21

Citation :
Peter Lamborn Wilson dit Hakim Bey (signifiant « M. le Juge » en turc), né à New York en 1945, est un écrivain politique et poète se qualifiant d'« anarchiste ontologiste ». Il est connu pour ses théories au sujet des TAZ (dans son livre Temporary Autonomous Zone, zone d'autonomie temporaire) et ses incitations au terrorisme poétique.
Il se peut que Hakim Bey soit une identité
partagée par plusieurs auteurs à tendance anarchiste, dont Wilson.
L'objectif étant de mettre en avant leurs idées, et non pas l'auteur.
Wilson aurait passé deux ans en Inde, au Pakistan et en Afghanistan, puis 7 ans en Iran, avant d'être contraint de quitter le pays à la chute du Chah Mohammad Reza Pahlavi, en 1979. Ses textes sont en tous cas imprégnés par le soufisme et le tantrisme, ou Voie de la main gauche dans la philosophie bouddhiste.
Bey a influencé certains auteurs de science-fiction cyberpunk comme Bruce Sterling dans "Islands on the Net".
Politiquement, les théories de la TAZ se sont propagées dans les universités françaises lors du mouvement d'opposition au CPE
de 2006. Les manifestations spontanées et éphémères ainsi que les
occupations festives et ciblées se sont avérées particulièrement
efficaces pour que le mouvement reste dynamique.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Hakim_Bey
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://bladam.canalblog.com
grazt
Cheikh
Cheikh
avatar

Féminin Nombre de messages : 176
Age : 30
Localisation : alger
Date d'inscription : 24/04/2007

MessageSujet: Re: Qui est-ce?   Mar 1 Mai - 0:28

Isaac Newton
Sir Isaac Newton était un philosophe, mathématicien,
physicien et astronome anglais né le 4 janvier 1642 du calendrier grégorien[1] au manoir de Woolsthorpe près de Grantham et mort le 31 mars 1727[1] à Kensington. Figure emblématique des sciences, il est surtout reconnu pour sa théorie de la gravitation et la création, en concurrence avec Leibniz, du calcul infinitésimal
Isaac Newton a donné son nom :

Les théories de Newton ne manquèrent pas d'être le sujet de
controverses et de polémiques scientifiques durant le XVIIIe siècle. À partir de 1734, les partisans du système de Newton furent nommés les newtoniens, par opposition aux cartésiens.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Qui est-ce?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Qui est-ce?
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
BLADEM :: LA FONTAINE :: La Cultine-
Sauter vers: